foto1-masseria
foto2-resort

O
f
f
r
e
s
S
p
é
c
i
a
l
e
s
Info
Parcours: Home Page > Histoire

Histoire

La Masseria Pagani est née au XVIe siècle comme habitation et lieu de production de la campagne de Nardò. La ferme du XVIIIe siècle, qui s'étendait à l'origine sur 120 hectares, comprend des cours, des jardins, une petite église, un four (qui semble aujourd'hui encore émaner le parfum du pain typique en forme de roue, des "friselle" et des biscuits), un pressoir à vin (où le raisin était pressé pour ensuite commencer le processus de vinification dans de grandes cuves creusées dans la pierre), une "mercia" (où le fromage était autrefois travaillé et affiné), des étables, des portiques, une grange, un pigeonnier (abri pour les pigeons qui étaient utilisés pour porter des messages et pour la production de guano, un excellent engrais) et une clôture avec des murs typiques en pierres sèches, certains équipés de système anti-loup. Ce complexe entoure le noyau central plus ancien (XVIe s.) qui se présente par un escalier extérieur avec une seule rampe qui mène à la terrasse fortifiée (autrefois dernier refuge pour échapper aux brigands et aux Sarrasins), marquée par des pilastres d'encadrement et deux mâchicoulis de défense situés en correspondance des portes d'entrée.

Prestigieuse résidence des Pagano, Princes d'Avetrana, elle devint la demeure du Marquis De Noha, le domestique personnel du Pape. Au XIXe, la propriété passa aux mains de l’illustre médecin oto-rhino-laryngologiste, le docteur Pietro Villani, parrain de Don Francesco Conversano (plus tard son confident), qui acheta la propriété dans les années 50. Le célèbre ténor Tito Schipa, grand ami du docteur Villani, était invité chaque année à y passer ses vacances d'été. Pendant la deuxième Guerre Mondiale, la Masseria (comme d'autres structures de Nardò, Santa Caterina et Santa Maria al Bagno) abrita des milliers de juifs qui étaient passés à travers les mailles du filet des Nazis, raison pour laquelle le Président Ciampi remit à la ville de Nardò la médaille d'or du Mérite Civil en 2005.